Alain,

Y’a de la lumière, on entre, on passe le concours de l’Ecole Polytechnique, sans trop y croire

Et ben, on l’réussit !

On s’ennuie pendant les cours mais par contre on cartonne aux examens !

Et, si on est en pyjama, ce n’est pas grave. L’idée, c’est d’être là…

Qu’importe la tenue, seul l’homme compte.

Et le jeune homme, devenu un homme très occupé, a découvert l’art d’être grand père.

Tu m’as initiée à l’informatique en me laissant jouer avec ton ordinateur dès l’âge de 3 ans

(Adibou, Need for speed, Flight Simulator..), et tu m’as aidé à décrocher mon premier job,

alors sois en remercié du fond du coeur!

Yannick,

Et, comme il est de coutume de dire, qu’au côté de chaque grand homme, il y a une

grande femme, Yannick tu es celle-là.

En effet, que dire sinon que tu as toujours su préserver ton indépendance tout en étant là

pour chacun d’entre nous.

Yann’ tu m’as transmis ta passion des chats, des jardins, de la lecture et ta façon plus

unique et très personnelle de faire la cuisine ! Et avec le temps nous sommes devenues de

plus en plus proches.

Enfin, il se trouve que ces « Supers » grands-parents sont nos voisins depuis un peu plus

d’un an. Je me permets donc de reprendre ce vieux proverbe soudanais qui dit : Après ta

mère et ton père, ta famille ce sont tes voisins.

 

Exemples :

• Imaginez recevoir des amis pour une soirée raclette avec un nombre de couverts

insuffisants, pas assez de chaises et surtout pas d’appareil à raclette non plus…… Nos voisins avaient tout.

 

Vouloir construire notre chez nous sans outils : marteau, perceuse, vicieuse, ponceuse,tourne-vis, clé Allen… nos voisins avaient tout.

Avoir besoin de se déplacer en voiture, sans voiture… Nos voisins en avaient une à nous prêter

Avoir besoins d’aide pour décrocher un contrat, nos voisins avaient une fois de plus la solution.

 

Yannick et Alain, vous avez su être présents sans jamais être omniprésents, juste là

pour nous, pour partager votre façon de vivre, vos découvertes et vos coups de coeur!

 

Je conclurai par une petite phrase qu’a écrite un grand sage lors de son « Journal de 2018

de Yannick et Alain », je cite : « Et partager ensuite un peu de ce bonheur avec ceux que

l'on aime, même si on oublie parfois de le leur dire ! ».

 

Alors, Alain, Yannick je vous aime et encore mille fois MERCI.